Solo show Yves Robuschi « Les récipiendaires »

Share Button




Jusqu’au 8 juillet 2017 venez découvrir l’univers du peintre Yves Robuschi qui expose à la galerie Vitrine 65 des œuvres originales et inspirées.

Des œuvres toutes en contrastes, nous invitant tantôt à la légèreté tantôt à l’introspection. Des paysages à la perspective étonnante, éthérés, des peintures qui peuvent être colorées, lumineuses mais parfois sèches, brutes, concentrées. Des tondis qui utilisent beaucoup de matière alors que les peintures plus récentes, dont un diptyque poétique et acéré, sont conçues à l’économie, privilégiant les « repentirs » (en peinture cela désigne les parties du tableau recouvertes de matière par le peinte afin d’en modifier la profondeur ainsi que l’aspect et la forme des objets) , favorisant les traits accentuants et n’hésitant pas à employer des rehauts de blanc pour les paysages.

Chez Yves Robuschi la Nature forme un duo avec l’Humanité qui ici s’efface pour ne donner à voir que l’essentiel  : aucun bavardage dans les œuvres présentées, un recentrage exclusif sur l’essentiel, les arbres de toute façon symbolisent la vie. De là à dire qu’Yves Robuschi est un peintre « repenti » ? Non car l’humain n’est jamais évincé du propos du peintre dont le titre de l’exposition « Les récipiendaires » signifie recevoir une distinction en grande pompe de la part d’une importante confrérie. Le spectateur est donc le destinataire de ces toiles, la peinture lui est destinée. Nous dirons donc que cette exposition est plutôt une nouvelle transition dans la pratique du peintre, questionnant le regard, la perception de l’espace, les œuvres étant toujours inspirées par la Nature représentée ici de façon mystérieuse et quasi géométrique  : arbres verticaux, lignes de fuites…un aspect éthéré et mystérieux se dégage de l’ensemble, une atmosphère qui mène le spectateur aux portes d’un monde intérieur onirique et libérateur, faisant penser à ces paroles de Gérard Manset : « Entrez dans le rêve, voir les couleurs, voir les formes, enfin marcher pendant que les autres dorment… »

Laissons malgré tout le mot de la fin à Yves Robuschi : « J’aimerai que le regardeur imagine le manque, pour le reconstruire et passer là où j’ai tracé le chemin ».

Jusqu’au 8 juillet 2017 à la galerie Vitrine 65 située 65 rue Notre Dame de Nazareth 75003 Paris, métro Strasbourg Saint Denis, du mercredi au samedi de 14h à 19h30 et sur rendez-vous.

Share Button

Nathalie Auteur