Bled 96. Une exposition audacieuse et atypique à la galerie R-2

Share Button




Bled 1996. Sous ce titre énigmatique découvrez une exposition audacieuse et atypique, visible depuis début 2017, sur rendez-vous à la galerie R moins 2.

Autant prévenir que le galeriste et commissaire d’exposition François-Xavier Briollais  a été audacieux. Très. Pour notre plus grand plaisir.

Alors que va-t-on voir lors de cette exposition ?

Victor Cord’Homme

On débute avec Victor Cord’Homme : des machines volantes futuristes qui font penser à la série Docteur Who, à des poissons japonais, aux fous volants, le tout saupoudré d’un petit côté Jules Verne.

Pierre Delmas, prise du charbonneur

Pierre Delmas expose quant à lui des prises électriques en charbon fragiles comme du verre qui constituent pour le coup de vraies prises de terre et qui surtout nous ferons regarder nos prises Legrand d’un tout autre œil. Jamais une prise électrique ne m’avait paru contenir tout un monde.

Germain Caminade

Des couleurs qui explosent dans les tableaux de Germain Caminade tout comme dans ses plivres peints tombées dans la peinture à l’huile.

Bastien Cosson nous présente un aperçu de sa pratique du « bad painting » avec une peinture à l’anguille qui frétille encore sous nos yeux (aucun animal n’a fini dans une assiette, les anguilles sont toutes retournées à la nature).

Guillaume de Nadaï et Laura Zalewski exposent un triangle en bronze doré massif qui fait penser à un totem, un logo et un châssis plus figuratif que bien des peintures.

Bastien Cosson, Bad painting / Guillaume de Nadaï et Laura Zalewski pour le triangle

On est ici devant de la méta-peinture. Une réflexion sur l’importance du temps passé à concevoir une œuvre.

Pierre Delmas

On trouve aussi des paquets de cannabis sublimés par une lumière bleue pastel (Pierre Delmas).

Du mouvement, de l’énergie.

 

 

 

Pierre Delmas

Et surtout un sublime sabre réalisé également par Pierre Delmas,  composé avec les pièces des B29 Super Fortress, issues de l’avion ayant largué la bombe sur Nagasaki avec la poignée en forme de champignon atomique.

Ervé Brisse, affiche interrupteur jaune / Guillaume de Nadaï et Laura Zalewski Chassis

Et n’oublions pas les affiches représentant des interrupteurs fluo d’Ervé Brisse.

 

 

 

 

 

Bled 1996 : il nous faudrait un inventaire à la Prévert pour décrire cette exposition hétéroclite, qui rue hors des sentiers battus. En un mot : inclassable.

Notons cependant que chaque pièce est d’une finesse d’exécution extrême, le fruit de la maitrise absolue et délicate de techniques peu évidentes que le galeriste vous expliquera en détail lors de votre visite (préparez-vous à être surpris).

Germain Caminade

L’ensemble est un ravissement pour les yeux mais surtout la galerie R moins deux déjà atypique en elle-même puisque située dans un très grand espace en sous-sol, affirme de nouveau des choix « hyper pointus » comme dirait les jargonneurs mais nous n’avons pas d’autres termes pour décrire cette sélection hybride et sophistiquée.

un léger aperçu de la galerie R-2

Comment décrire l’indescriptible ? Bled est une exposition à voir absolument. Venez donc ressentir l’une des expositions les plus originales du moment.

 

Avec les œuvres de Victor Cord’Homme, d’Ervé Brisse, de Germain Caminade, de Pierre Delmas, de Bastien Cosson, de Guillaume de Nadaï et de Laura Zalewski.

A la galerie R-2 125 rue Raymond Losserand 75014 Paris (métro Plaisance)

Visite sur rendez-vous, horaires du lundi au samedi de 10h à 19h

Site internet : http://www.r-2.fr/

Share Button

Nathalie Auteur