Une étrange et belle « Disparition » à la Galerie Alberta Pane

Share Button




Une exposition intrigante, intitulée « La disparition » se tient actuellement à la galerie Alberta Pane jusqu’au 11 mars 2017. Romina De Novellis, artiste italienne, dont les performances délicates et esthétiques sont à chaque fois un régal pour les yeux et l’esprit et l’artiste portugais Joao Vilhena, dialoguent sur ce thème dans ce nouvel  espace situé en plein centre de Paris, dans le quartier de Rambuteau.

Mais qui sont-ils et pourquoi aller voir cette exposition ?

Romina de Novellis, Bella Ciao, 2016, Photographie argentique sur aluminium, 100 x 80 cm, Ed. 3 + 2EA.
Copyright De Novellis/ Bordin, Courtesy Galerie Alberta Pane.

Passionnée d’anthropologie et par la question de l’enfermement du corps humain qu’elle ne cesse d’explorer, Romina De Novellis réalise des performances très physiques sur le corps en procession installé dans l’espace public, suivi par le regard des passants, où le geste est au centre de véritables tableaux vivants. Ses performances sont toujours respectueuses de l’environnement et de la société : par exemple, les pommes de terre que vous voyez sur la photo intitulée Bella Ciao ont toutes été redistribuées pour éviter le gâchis.


Romina de Novellis, Ger, 2016, Vidéo couleur, 22 minutes, Ed. 3 + 2EA.  Courtesy Galerie Alberta Pane.

Pour cette nouvelle exposition, elle propose une vidéo retraçant une de ses dernières performances Ger  réalisée à la suite d’une rencontre avec des chanteurs lyriques venus de Mongolie et résidant à Rome. En quête de succès et remplis d’espoir, ils se retrouvent confrontés à une dure réalité et finissent par se produire lors de mariages ou pour distraire les touristes dans la rue. C’est cette disparition des coutumes, des traditions culturelles qui intéresse l’artiste, une réflexion sur le voyage et la migration ainsi que sur l’unité familiale.
A la galerie, vous pourrez également voir une nouvelle série de photographies issues d’une récente performance ADN  présentée dans la continuité de l’exposition « Machines à Dessiner » actuellement au Musée des Arts et Métiers. ADN  se veut une installation/performance de plusieurs corps en train de fabriquer des nœuds invisibles. Un travail symbolique sur la transmission génétique invisible, le dessin d’un héritage biologique, la transmission de la vie.

Pour en savoir plus sur Romina de Novellis n’hésitez pas à consulter son site.


João Vilhena, Lettre Rayée, 2017, pierre noire sur carton gris, Triptyque, 140 x 303 cm. Courtesy Galerie Alberta Pane.




Que Joao Vilhena dialogue avec elle sur le thème de la disparition était évident. Travaillant habituellement sur l’érotisme, il a parfaitement intégré ce nouveau thème qu’il avait d’ailleurs déjà abordé dans son travail de dessin et qui, pour lui, est connexe à son thème de prédilection habituel.

Il considère sa pratique artistique comme un voyage, une déambulation et aime à diriger ainsi ses spectateurs vers une contemplation profonde et subjective, troublante et angoissante. Ses derniers dessins sont réalisés à partir d’archives photographiques d’espèces aujourd’hui éteintes et font écho à l’appauvrissement de la biodiversité dont nous sommes actuellement les témoins. Chez Joao Vilhena dans la construction de la représentation, l’absence est omniprésente : réserve, gommage, recouvrement, sont les principaux gestes de cet artiste dont vous pouvez découvrir davantage le travail ici.

Pour finir d’achever de vous convaincre de venir voir cette exposition avant qu’elle ne disparaisse le 17 mars 2017, veuillez trouver ci-dessous une très belle vidéo à regarder sur Viméo (cliquez sur le petit rectangle bleu)

Romina de Novellis/ Notes et pense Bête n. 82 from vittorio e.pisu on Vimeo.

Renseignements pratiques :

GALERIE ALBERTA PANE
47 rue de Montmorency 75003 Paris
jusqu’au 11 mars 2017
http://www.galeriealbertapane.com/

Share Button