Performance Julie le Toquin, Traces de paperasses : la machine administrative

Share Button




Réservez votre vendredi 18 novembre 2016 de 18h30 à 19h30 car cela sera l’occasion de découvrir gratuitement, dans les locaux de la galerie de l’INALCO, la performance de Julie Le Toquin Traces de paperasses : la machine administrative.

flyerCette performance, orale et visuelle, est organisée dans le cadre du festival des idées de la Comue USPC qui a lieu du 16 au 19 novembre 2016 et sur une idée originale des archivistes des universités Sorbonne nouvelle et Paris 13. Julie le Toquin vous propose de découvrir la machine administrative des universités parisiennes (et il y a de la matière !) à travers de nombreux documents d’archives scénographiés par Pablo Goury.

Mais au fait qui est Julie le Toquin ? Issue des Beaux-arts de Lorient, artiste performeuse, elle mélange différents médiums et disciplines : photographie, théâtre, chant, danse, installations, écriture, vidéo, création textile ( ah cette robe écriture composée de ses journaux intimes recopiés manuellement, quelle idée géniale, irez-vous jusqu’à abolir les limites raisonnable de la proxémie pour satisfaire votre curiosité ? En savoir plus sur le projet c’est ici ) Nous vous présentons également quelques photographies de cette superbe robe-projet.

Robe écriture, Julie Le Toquin à la Galerie Rmoins2 dans le 14e, copyright Constance Narat
Robe écriture, Julie Le Toquin à la Galerie Rmoins2 dans le 14e à Paris / copyright Constance Narat
robe-ecriture
Julie Le Toquin, Robe écriture / Copyright Constance Narat
Julie Le Toquin/ copyright : Constance Narat
Julie Le Toquin/ copyright Constance Narat

Les thèmes de prédilection de Julie Le Toquin concernent tout ce qui a trait au souvenir, à la transmission, à la mémoire collective et individuelle. Dans une époque où la mémoire est si volatile, un évènement en chassant un autre, son travail est plein de sens et nous incite à nous souvenir, à ne pas oublier, à s’inspirer et à comprendre notre passé pour comprendre notre présent.

Récolter, semer, dire, écouter, partager, questionner. Les oeuvres de Julie Le Toquin relèvent autant du domaine de la conservation que de la communication. Quand elle parle d’elle, elle parle de nous. Sa démarche est semblable à celle de Marcel Proust mais rejoint aussi de celle de Montaigne : parler de soi pour parler des autres, parler de soi pour parler aux autres, trouver l’universalité dans chacun. Un projet résolument humaniste : remettre l’humain au centre.

A l’origine, Julie Le Toquin, orpheline de père et de mère, a réalisé qu’elle était la seule dépositaire de son histoire familiale.  Elle est alors devenue « archiviste ambulante de mémoires personnelles » comme le dit si bien Julie Fortier quand elle parle d’elle. Cet archivage au pluriel dépasse de loin sa propre histoire personnelle. Autre originalité de cette artiste : elle est à cheval, comme elle le dit elle-même, entre les Arts Plastiques et les Arts du spectacle même si ce qu’elle préfère c’est quand même la performance.

Venez donc la découvrir ce vendredi à la galerie de l’INALCO 65 rue des grands Moulins 75013 Paris de 18h30 à 19h30.

Transport : accès RER C et ligne 14 Bibliothèque François Mitterrand.

Totalement gratuit comme l’ensemble de évènements du Festival des Idées

 

Share Button