Cadavre absolument exquis : pourquoi il faut y aller !

Share Button




Vous avez jusqu’au dimanche 6 novembre 2016 pour venir découvrir une exposition d’art contemporain audacieuse dans un site industriel inouï, le Studio A. Intitulée Cadavre absolument exquis ou Une autre histoire de la vie, cette exposition est une fantaisie collective où chaque oeuvre répond à la précédente et annonce la suivante. Laissez-vous guider !

img_5198Cadavre absolument exquis présente les oeuvres d’Agnès Pezeu, Saraswati Gramich, Sun Mi Kim, Brigitte Tartière, Philippe Desloubières, Anne Vignal, Esteban Ruiz, Philippe Fabian, Charlotte Lelong, Etienne Zucker, Stéphanie Guglielmetti, Pierre-Yves Hervy Vaillant, Normand Paradis, Dominique de Beir, Sophie Valette.

L’originalité de cette exposition ne réside pas que dans son accrochage : au départ il y a eu un tirage au sort pour savoir où dans ce lieu sur deux niveaux et sous-sol chaque artiste allait présenter son travail. Puis à l’arrivée, sans concertation, les oeuvres se répondent, dialoguent, on assiste véritablement à une discussion entre elles, chaque artiste répondant à une oeuvre par une oeuvre interposée. Le hasard n’existe pas dit-on…

Le résultat est bluffant, pour ne citer qu’un exemple : les oeuvres de Brigitte Tartière répondent à celles de Sun Mi Kim, une histoire de fils pour résumer à l’extrême (le mieux est de venir découvrir par vous-même, il n’est pas tellement pertinent de vous livrer tous les secrets de ce cadavre exquis que vous devrez décoder par vous-mêmes…).

Sachez cependant que chaque artiste a aménagé par lui-même l’espace qui lui a été échu. Attendez-vous donc à être surpris car chacun s’est approprié l’espace à sa façon.

img_5197Autre originalité : il a été fait le choix de ne pas avoir de commissariat d’exposition ni de collectif d’artistes, les artistes ont été réunis à l’initiative d’Agnès Pezeu, qui travaille selon la technique du dripping autour du corps animal (elle collabore avec le Jardin des Plantes) depuis environ dix ans et dont nous reparlerons plus en détail dans un prochain article.

Sur chaque mur les oeuvres se répondent entre elles, nous surprennent, nous taquinent, nous leurrent. Ainsi, par exemple, nous croyons avoir deviné la technique utilisé par l’artiste comme dans le cas des photographies d’Hervy-Vaillant qu l’on croirait le fruit d’un travail sur Photoshop alors qu’il ne s’agit que d’un reflet dans le miroir, une image prise sur l’instant et en aucun cas retravaillée. Il ne s’agit là que d’un exemple la variété des oeuvres étant telle qu’on ne peut en un article tout présenter.

Il existe également un jeu sur les dimensions : alternance d’une petite oeuvre et d’une grande. L’objectif est de créer des surprises.

cadavreexquissophievalette03La pluralité est également mise à l’honneur les artistes ayant entre 25 et 60 ans .

Enfin le lieu, le studio A, mérite le détour car il est sur plusieurs niveaux et au niveau de l’espace c’est une surprise de tous les instants. Destiné à disparaître ce sera pour vous l’occasion de visiter un lieu vraiment atypique.




img_5199L’exposition est donc foisonnante, très riche car il y a de la place.

A titre personnel, notre préférence va à Stéphanie Guglielmetti, ses oeuvres avec rouages, son travail sur le temps poétique et à Pierre-Yves Hervé-Vaillant avec son Spring is coming, oeuvre visible ici, et ses autres oeuvres colorées, véritables explosions de couleurs.

Venez donc vous promener à travers les résonnances de ce cadavre exquis, vous ne serez pas déçus !

Enfin sachez qu’un décrochage festif est prévu dimanche 6 novembre à partir de 15h, alors pas d’excuses, tous au Studio A !

Renseignements pratiques :

Studio A 7 rue Paul Bert à Courbevoie, visite sur rendez-vous au : 06 35 41 23 12 et venez comme vous êtes pour le décrochage festif !!!

Share Button