AROUND THE VELVET UNDERGROUND @ LA GALERIE STARDUST- Rétrospective de visages emblématiques

Share Button

Alors que la Philharmonie de Paris a ouvert ses portes à l’un des plus grands groupes mythiques de l’époque Warhol & cie, la Galerie Stardust a aussi décidé de s’intéresser à eux pour son exposition du mois : vous l’aurez compris, le Velvet Underground est au centre de toutes les attentions en ce début de printemps.

amsterdam, netherlands - 1971, (Photo Gijsbert Hanekroot/Redferns) *** Local Caption *** nico velvet underground
Amsterdam, netherlands – 1971, (Photo Gijsbert Hanekroot/Redferns) *** Local Caption *** nico velvet underground

Cependant, l’exposition à la Galerie Stardust se penche surtout sur les personnages, ces visages devenus emblématiques, qui confectionnent ce groupe ayant rendu une banane symbole de la  Pop Culture.

Dans cette exposition collective, cinq photographes ayant côtoyé les membres du groupe (Pierre Terrasson, Gijsbert Hanekroot, Sue Rynski, Sylvie Lèbre et Jean Kerby) se rejoignent pour nous donner une nouvelle approche de chacun.

Et c’est avec le sourire qu’on les accueille et les redécouvre à travers des photographies aussi fortes et marquantes que leurs compositions.  Chaque membre a son importance, entre Lou Reed et sa photogénie incontestable, Nico et ses talents cachés d’actrice, si ce n’est de femme fatale, en passant par Maureen Tucker pleine d’émotions ou encore John Cale dans tous ses états,  on en prend plein les yeux.

nicoC’est aussi avoir l’occasion de voir des photographies inédites de Nico avant de devenir « l’héroïn(e) » de la factoryland. Sous des petits formats carrés très intimistes et modernes, vos yeux se posent sur des extraits argentiques de la jeune Nico dans ses débuts d’actrice avec, entre autre, Serge Gainsbourg et Big Joe Turner. Ces images que l’on aurait envie de voir chez soi en sirotant son verre de blanc, ou sa bière pour les adeptes de la mousse, écument le plateau de tournage du film Strip Tease en 1962 dont elle était la muse. Jean Kerby a capté une telle nouveauté immortalisée que l’on croirait presque voir des photos de nos muses d’aujourd’hui alias Kate Moss ou Lily Rose Depp, rien que ça.

Ce n’est pas pour rien que les styles Pop et Seventies reviennent subtilement à la mode de nos jours. Cette douce mélancolie pour l’époque loufoquement classe, que l’on veut nous faire revivre, je pense notamment ici à la série Vinyl, se ranime en puissance au vue des photographies exposées.

Amsterdam, netherlands - 1973, Lou Reed (Photo Gijsbert Hanekroot/Redferns) *** Local Caption *** Lou Reed
Amsterdam, netherlands – 1973, Lou Reed (Photo Gijsbert Hanekroot/Redferns) *** Local Caption *** Lou Reed

C’est rock, c’est mystérieux, c’est élégant et c’est ça qui est passionnant. Un cocktail d’adjectif explosif que la Galerie Stardust a encore su réaliser avec son exposition « Around the Velvet Underground ». Surtout que (shame on me) j’avais oublié de mentionner la cerise sur le gâteau : en ouverture d’exposition, une magnifique photo grand format de Lou Reed en 2000 par Pierre Terrasson, surplombe l’atmosphère et donne l’avant goût de l’exposition : moderne, rock, attractif mais surtout mémorable.

Pierre Terrasson – Lou Reed – 2000 – Hôtel Costes, Paris

Petite annexe à voir absolument en complément de la Philharmonie jusqu’au 12 mai à la Galerie Stardust, 19 rue Notre-Dame de Nazareth 75003 Paris, métro République ou Temple,du mardi au vendredi de 13 à 19h et le samedi de 11 à 19h, Téléphone : 06 30 72 86 16

Rock’n’rollement votre.

Share Button