Derniers jours : exposition La matière du temps Salvatore Coccoluto.

Share Button

Ou à la recherche du temps perdu et retrouvé…

bvertVous avez jusqu’au 17 avril 2016 pour découvrir les œuvres du peintre italien Salvatore Coccoluto à la galerie de l’Europe. Attention nostalgiques et sensitifs, vous allez vous trouver face à une peinture odorante, une peinture vivante et vibrante, une peinture qui ne rêve que de sortir du cadre tellement elle semble en fermentation, une peinture qu’on a envie de toucher, de modeler, voire de lécher surtout quand elle revêt des teintes rose et vert clairs qui nous font songer à de gros bonbons pastels.

La peinture de Salvatore Coccoluto, c’est donc une peinture des cinq sens en éveil, chatoyante et  luxuriante à la façon d’un paysage italien. On l’entend bouger, on perçoit le rythme à travers le travail du geste du peintre, très visible dans l’ensemble des œuvres.   On pense à la terre du Vésuve, aux paysages de la région de Naples. Cette peinture est tout sauf calme, elle est passionnée, complexe, terrienne, géologique, pleine de couches et de strates, élégante et forte.

image6Quelle que soit votre affinité avec la peinture contemporaine, vous serez frappé par l’énergie tellurique qui se dégage des toiles.  Mais la peinture de Salvatore Coccoluto ne peut se résumer à un topos car elle concentre des interrogations complexes et ne se limite pas à un simple mimétisme pédologique. C’est une peinture philosophique dont le thème central est la temporalité. Plus précisément : le travail du temps sur la matière et le travail de la matière au fil du temps. Un thème intemporel et universel. Une peinture saturnienne qui fait songer à Pavese et à Proust.rosepale

Tout d’abord, les strates de peinture qui composent les toiles rappellent le processus de sédimentation introduisant ainsi les notions de cycle et de temporalité présentes dès la conception du tableau. Salvatore Coccoluto peint à l’huile et doit attendre que la peinture sèche avant d’en rajouter une couche, au sens propre comme figuré. Certaines toiles ont ainsi maturé pendant près de quatre ans, à la façon d’un bon alcool.

La conception des œuvres se base également  sur un processus créatif proche de la décantation puisque l’œuvre s’élabore en parallèle du séchage dans l’esprit du peintre, jusqu’à ce qu’il ressente que la maturation est arrivée à son terme.  Alors, le tableau est fini ou plus précisément le travail du peintre.

Car la peinture continue d’exister de façon autonome puisqu’elle continue de sécher, ses différentes couches travaillant en souterrain, à la façon de ce qui se passe dans la terre qui toujours se régénère.

image5Le temps est-il soluble dans la matière ? Salvatore Coccolutto continue de pousser  plus loin sa réflexion en incluant dans ses œuvres les plus récentes des matériaux, pris au piège dans la peinture afin d’élaborer une réflexion sur la mémoire du matériau qui a travaillé, vieilli dans le temps. Le résultat est troublant et nous interpelle dans notre propre perception du temps vécu, du temps passé et qui passe, du temps perdu et perçu.

Prenez donc le temps de venir découvrir cette exposition, je vous assure que ce n’est pas une perte de temps !

Renseignements pratiques :

Exposition « La matière du temps » Salvatore Coccoluto
jusqu’au 17 avril 2016 (ouvert le dimanche)

Galerie de l’Europe
55 rue de Seine 75006 Paris
Métro Odéon

Plus de renseignement sur l’artiste  : Salvatore Coccolutto
Tel : 00 33 (0)6 51 32 06 53

Share Button